Pensées 

Née à Paris en 1982, Camille s’oriente d’abord vers l’architecture puis la scénographie d’exposition et se laisse finalement happer par la céramique.

Vibrations, ombres, contrastes, étendues de roches, de poussières, d’eau, de neige ou de glace. Courbes, duvets, arrêtes, pointes, fragments, irisations, profondeurs, transparences… La poétique des paysages et de leur perception la poursuivent. Mémoire d’un lieu, souvenir d’un instant, les traces inscrites sur les peaux paysagères deviennent des empreintes humaines.

Comment, à travers un paysage, l’homme grave, perd, retrouve ou rêve son passage?

Réinterprétation d’une cristallisation : celle de l’homme dans une « partie d’un pays que la nature présente à l’œil qui le regarde » (définition du paysage par Paul Robert). De fantasques ou réels indices nous content l’Histoire du monde à travers le temps.

Camille travaille la porcelaine, les grès et la faïence pour leurs couleurs brutes et les surfaces qu’elles rendent après façonnage et cuissons. L’émail vient ensuite compléter la gamme chromatique en fonction des projets. D’autres matériaux comme la laine, les perles de verre, le papier de soie ou les craies peuvent s’y ajouter.  A travers les images elle conserve également le souvenir d’instants ou le rêve d’un ailleurs…